Préventes, J-27

Social

J’ai failli oublier ! Non mais j’ai failli oublier ! Les préventes pour Au Sortir de l’Ombre démarrent dans 27 jours. Et vous savez quoi ? La tension est montée d’un cran.


Les préventes, kesako

La prévente est une réservation du roman à paraître à sa sortie. Elle vous assure que vous recevrez votre exemplaire rapidement  dès que le roman sera disponible et elle s’assortit en général de cadeaux, comme des frais de port offerts et parfois des marque-pages ou des cartes postales.

Dans le cas d’Au Sortir de l’Ombre, en plus des frais de port offerts, sera joint un flyer cartonné. (Hiiiiiiiiiiiii!) Si vous souscrivez sur papier en joignant un chèque, il ne sera encaissé qu’au jour de la parution. Si vous optez pour du paypal, vous êtes débité(e) tout de suite.

Mon éditeur estime et ajuste le tirage en fonction du nombre de souscriptions. Donc, c’est une étape importante dans la vie du roman. (Je ne peux que vous encourager vivement à souscrire si ce texte vous intéresse.)

En coulisse

Et donc, il y a du mouvement. Cette semaine, j’ai écrit au talentueux Aurélien Police pour lui parler du roman et de la couv’. J’ai sévèrement brainstormé avec les premiers lecteurs, recueilli plein d’images textuelles, trié, écrit clairement ce que j’attendais de cette couv’, ce qui me tenait à cœur… J’ai aussi essayé de penser à l’acheteur-cible pour l’appeler à prendre le livre en main…
Pour un aperçu de mon brainstorming, voir ci-contre… C’était assez stressant. Les couvertures prennent une grande place dans le potentiel coup-de-cœur-achat du lecteur. (J’en suis régulièrement victime.)
D’autre part, une couverture raconte une histoire. Elle joue le rôle de promesse en lui donnant un aperçu des enjeux, et elle doit interpeller. Il faut qu’elle donne envie au passant de regarder dedans ou au dos…
Donc, les enjeux sont conséquents. Cependant, comme le dit si justement Alexis mon éditeur, tout ce que fait Aurélien Police est magnifique, et comme les indications que je lui ai données lui ont inspiré une image, on ne devrait pas être déçus.

Je vous tiens au courant.

Conclusion : 
Life is good.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *