Dans ma petite tête

Social

J’adore les périodes de transition. Elles me donnent le sentiment que mon univers bascule. Mes pensées sont en train de se réordonner, un peu comme si mes fluides vitaux migraient d’un coeur à l’autre.

Je suis multiple, me dis-je. Encore avec William mais déjà avec Siwès. Chaque jour Sophie (jeune cadre dynamique), mais au-delà, Syven (jeune auteur hystérique). C’est très exaltant et mon quotidien n’est pas plan-plan, mais alors pas du tout.
En plus, une petite boule de chaleur a décidé de me prendre aux tripes. L’excitation grandit, celle de bientôt tenter l’aventure de l’édition avec ASLO. J’ai peur aussi: tout le monde a l’air bien sûr qu’il va trouver un éditeur ce gentil roman (mouahahahah, gentil, mouahahahahah, il est pas gentil !!!)
Je n’ai envie de décevoir personne. Mais je crois que c’est le risque, c’est bien l’incertitude qui me plaît. Quand j’envoyais des nouvelles, j’avais toujours ce petit frisson quand je recevais la réponse. Ah le frisson ! Torturer des personnages ne me suffit plus.
L’aventure est à ma porte. L’AVENTURE.

8 thoughts on “Dans ma petite tête

  • Pourquoi veux-tu décevoir quelqu’un ?

    La vie d’un livre peut dépendre, aussi, de ses petits frères.

    Et puis, même imparfait pour l’édition, un livre peut toujours emporter ses lecteurs dans le vibrato du mot.

    C’est ce qui compte avant tout. 🙂

    Au pire, tu trouveras un bêta-lecteur « pas gentil ». Mais ce sera au pire. Anecdote dans ton aventure d’auteur. :-)))

    Bien Amicalement
    l’Amibe_R Nard

  • Je vais croiser les doigts en pensant à toi.
    Tu ne décevras personne, allez. Sois fière de tout le travail accompli. 😉

  • Ah ça non, il est pas gentil, il va vous faire vous mordre les doigts d’avoir osé imaginer ça !
    Et puis, je suis d’accord, tu ne nous décevras pas, nous serons déçus pour toi si ça ne marchait pas, c’est très différent : nous n’avons pas besoin qu’un éditeur choisisse ton livre pour savoir qu’il est bon !

  • Je croise les doigts pour toi. Et dis toi bien que même si un roman trouve son éditeur, ça n’empêche pas d’avoir peur de décevoir ses lecteurs. ^^ La vie est faite d’attentes et d’incertitudes. Comme tu dis, c’est l’aventure, et il vaut mieux ça qu’une vie pépère.^^ Hâte de te lire, en tous cas. 😀

  • Gasp, vous pensez qu’ASLO c’est comme le livre des monstres d’Harry Potter ? Un instant d’inattention et il vous bouffe la main ?
    J’espère qu’il sera fournit avec une muselière ! :))

Comments are closed.