L’examen pour l’écrivain de fantasy

Social

Dans mon coeur, ça a toujours été la Course de la Lumière. Quand j’y pense, j’entends la même musique que dans les Visions d’Escaflowne.

Du coup, je me suis décidée à faire l’examen pour l’écrivain de fantasy.
C’est un peu long. Je l’ai fait la semaine dernière.

1. Est-ce que rien ne se passe durant les cinquante premières pages ? 
Au contraire


2. Est-ce que votre personnage principal est un jeune commis de ferme aux origines mystérieuses ?
 
Pas du tout


3. Est-ce que votre personnage principal est l’héritier du trône mais ne le sait pas ?
 
aucun risque

4. Est-ce que votre histoire porte sur une jeune personne qui devient adulte, gagne un grand pouvoir et défait le grand méchant pas beau ? 
Non, le concerné ne gagne pas de grand pouvoir

5. Est-ce que votre histoire narre une quête pour un objet magique qui va sauver le monde ? 
Non

6. Ou alors à propos d’un objet qui va détruire le monde ? 
Il y a des objets, mais ce n’ets pas le propos

7. Est-ce que votre histoire se déroule autour d’une prophétie parlant de l’Elu” qui sauvera le monde, tous les gentils clampins et les gentilles forces du Bien ? 
Y’a de la prophétie et de l’Elu mais surtout de la mise en garde.

8. Est-ce que votre roman contient un personnage dont le seul rôle est d’apparaît au hasard et de donner des informations ? 
Non.

9. Est-ce que votre roman contient un personnage qui est en réalité un Dieu déguisé ? 

Non, pas de dieux dans çui-ci.

10. Est-ce que le grand méchant pas beau est en vérité le père du personnage principal ? 
Oui et non.

11. Est-ce que le roi de votre monde est un gentil roi abuse par un méchant magicien ? 
Non.

12. Est ce que le terme “magicien distrait” décrit un de vos personnage ? 
Non.

13. Pareil pour « un guerrier puissant, au coeur tendre mais un rien limité sur le plan intellectuel » ? 
Tendre ? Mouahaha, et non pas de débile profond.

14. Pareil pour « un sage, aux grandes connaissances, mystique qui refuse de donner des indications sur le déroulement de l’histoire pour des raisons personnelles et mystérieuses » ? 
Non.

15. Est-ce que les personnages féminins de votre roman passent beaucoup de temps à se faire du mouron sur leur apparence physique, surtout quand le personnage principal traîne dans le coin ? 
L’une d’elle ne supporte pas bien la saleté, mais pour le reste elle s’en fout vu qu’elle est super belle même avec un sac à patate.

16. Est-ce qu’un personnage féminin est uniquement là pour être capturé et secourut ? 
Houpla. Il faut grandement éviter de les capturer pour énormément de raisons, en premier lieu des rangées de crocs propres à égorger le premier imbécile qui s’y risquerait.

17. Est-ce qu’un personnage féminin n’existe que pour incarné les idéaux féministes ? 
Heu. Pas sûr que les idéaux féministes s’en tirent bien.

18. Est-ce que les termes « une aide cuisinière plus confortable avec une poêle à frire qu’une épée » décrit un de vos personnages féminins ? 
Non.

19. Est-ce que les termes « une guerrière plus confortable avec une épée qu’une poêle à frire » décrit un de vos personnages féminins ? 
Oui.

20. Est-ce qu’un personnage de votre roman est parfaitement décrit avec les termes « un nain refrogné » ? 
Non.

21. Même chose pour “un demi-elfe déchiré entre son héritage humain et son héritage elfe » ? 
Non. 

22. Avez-vous fait en sorte que les elfes et les nains soient amis, juste pour faire différent ? 
Non. 

23. Est-ce que tous les personnages d’une taille inférieure à 4 pieds sont uniquement là pour le comique ?
Y’en a ? 

24. Pensez-vous que les deux seules utilisations d‘un bateau sont le piratage et la pêche ? 
Et la croisière ? 

25. Ignorez-vous quand la machine à faire des bottes de paille a été inventée ? 
Oui. 

26. Est-ce que vous avez dessiné une carte pour votre roman qui indique des lieux tels que « Les Terres Maudites », « La Forêt de la Peur », « Le Désert de la Désolation », « Les Toilettes de Nev » ou n’importe quoi qui contient « de la Ruine » ? 
Non. 

27. Est-ce que votre roman comprend un prologue incompréhensible tant que nous n’avons pas lu tout le livre, et encore ? 
Non. 

28. Est-ce le premier tome d’une trilogie ? 
Hélas. 

29. Voir de 5 ou 10 tomes ? 
Mouahahah. Déjà 3, c’est trop. 

30. Est-ce que votre livre est plus épais que l’annuaire (pages jaunes et pages blanches) de Paris ? 
Non. 

31. Est-ce que rien ne se passe dans le précédent livre que vous avez écrit, mais que vous pensez que vous être encore très loin de finir votre « histoire » et que cela nécessite un grand nombre de séquelles ?
Non. 

32. Est-ce que vous écrivez des préquelles à votre série de livres, même si celle-ci n’est pas encore finie ? 

Une. Nereij refuse que je la propose à des éditeurs. Elle lui appartient. Mais je ne désespère pas de le convaincre de me laisser le faire un jour.

33. Est-ce que votre nom est Robert Jordan et que vous avez menti comme un arracheur de dents pour allez aussi loin ? 
Oui. 

34. Est-ce que votre livre est base sur vos parties de jeu de rôle avec vos amis ? 
Qu’Elodie me pardonne mais je m’endors pendant les JDR. Donc non.

35. Est-ce que votre roman contient des personnages transportés du monde réel vers un monde fantasy ? 
Oui.

36. Est-ce que cetrtains de vos personages principaux a une apostrophe ou un tiret dans leur nom ? 
Non.

37. Est-ce que certains de vos personnages ont un nom de plus de trois syllabes ? 
Sbaïehssim Kompacal Eldioe Lienn (c’est un souverain dragon bordel, on peut pas l’appeler Titi non plus !!!)

38. Est-ce que vous ne voyez rien d’anormal à avoir deux personnages venant du même petit village appelés « Tim Umber » et « Belthusalanthalus al’Grinsok » ? 
Heurk.

39. Est-ce que votre roman contient des orcs, des elfes, des nains ou des hobbits ? 
Non.

40. Pareil pour des “orkens” et “Nahins » ? 
Hein ?

41. Est-ce que vous avez une race qui commence par « demi- » ? 
Non.

42. A n’importe quel moment de votre histoire, est-ce que les personnages principaux prennent un raccourci à travers d’anciennes mines naines ? 
Non.

43. Est-ce que vous écrivez vos chaînes de batailles après les avoir jouées dans votre RPG favori ? 
Mes chaînes ? Non, je ne joue qu’à Mario Kart et je ne vous permets pas d’aborder le sujet des chaînes dans ma table de nuit. 😀

44. Est-ce que vous avez créez les fiches de personnages de tous vos personnages principaux dans votre RPG favoris?
Non.

45. Est-ce que vous faîtes des piges pour Wizards of the Coast ? 
???

46. Est-ce que des tavernes existent dans votre livre uniquement pour que vos personnages puissent s’y bagarrer ? 
Bah les pauvres, ils ont pas le temps de boire un coup.

47. Est-ce que vous pensez savoir comment le féodalisme marchait alors qu’en vérité, vous n’y connaissez rien ? 
Non.

48. Est-ce que vos personnages passent une quantité de temps démesurée à voyager d’un endroit à un autre ? 
Non, c’est rapide avec des portes, des dragons et des adiales (tous magiques et increvables. L’ennemi est toujours sacrément dans le pétrin avec ceux-ci. M’enfin, il n’a pas dit son dernier mot).

49. Est-ce que l’un de vos personnages principaux pourrait dire aux autres quelque chose qui pourrait vraiment les aider dans leur quête mais qui ne le fait pas rien que ne pas gâcher l’intrigue ? 
Non. La peur motive les secrets.

50. Est-ce que vos utilisateurs de magie lancent des sorts facilement identifiables en temps que « boule de feu » et « éclair » ? 
Ils ne lancent pas de sorts en tant que tel.

 51. Avez-vous déjà utiliser le terme « mana » dans votre roman ? 
Non.

52. Avez-vous jamais utiliser le terme «armure de plates » dans votre roman ? 
Non.

53. Les Cieux aient pitié de vous, utilisez-vous le terme “points de vie” dans votre ouvrage ? 
Non plus. Ouf.

54. Ne réalisez-vous pas combine l’or pèse en vérité ? 
Ca sert à rien l’or quand on possède une armée de zombies. Non mais je déconne, y’a pas de zombies.

55. Pensez-vous que les chevaux peuvent galoper toute la journée sans se reposer ? 
Les adiales oui. Mais ils font peur avec leurs crocs, leur faculté à galoper à ras du sol sans le toucher, et surtout leur énergie colossale qui en fait des brutes du marathon. Je sais, je ne lésine pas sur la magie, et j’aime ça. Mais je vous jure que ça passe très bien.

56. Est-ce que, dans votre roman, un personnage se bat pendant deux heures en armure de plates complète, chevauche pendant 4 heures puis fait délicatement l’amour à une servante consentante dans la même journée ? 
Non. Ils ont tendance à demander grâce pour qu’on les laisse descendre de leur adiale, et surtout ils s’écroulent sans prévenir quand ils sont épuisés. Terrifiant, non ?

57. Est-ce que votre personnage principal a un marteau, une hache, une lance ou toute autre arme magique qui revient automatiquement quand il la lance ? 
Non, mais je vais le noter, l’idée m’intéresse.


58. Est-ce que dans votre roman quelqu’un plante une personne avec un cimeterre ? 
Je sais pas, j’ai pas zoomé sur le gros velu avec le cimeterre mais j’imagine qu’il va au moins blesser quelqu’un.

59. Est-ce que quelqu’un plante une personne portant une armure de plates ? 
Non.

60. Pensez-vous que les épées pèsent 10 livres ou plus ? 
Heu ?

61. Est-ce que le héros tombe amoureuse d’une femme inaccessible, qu’il atteindra plus tard ? 
Je pense à un certain Linohan, mais amoureux c’est peut-être beaucoup dire pour lui.

62. Est-ce qu’une large partie de l’humour de votre roman consiste en des jeux de mots ? 
Heu, y’a pas d’humour.

63. Est ce que votre héros est capable de résister à plusieurs coups de l’équivalent fantasy d’un marteau de 10 livres mais est quand même menacer par une frêle donzelle avec une dague ? 
Non.

64. Pensez-vous qu’il faut, habituellement, plus d’une flèche en pleine poitrine pour tuer un homme ? 
Ca dépend. Il a une armure de plates ou pas ?

65. Ne réalisez-vous pas qu’il faut des heures pour faire un bon ragoût, ce qui en fait un mauvais choix pour un repas « sur la route » ? 
Bah, on se pose pas la question quand on peut aller charogner une carcasse.

66. Avez-vous des barbares nomades, vivants dans la toundra, et consommant barils sur barils de d’hydromel ? 
Ca peut se faire si vraiment la demande des lecteurs est forte.

67. Pensez-vous qu’hydromel est juste un joli mot pour remplacer bière ? 
Pouah, non ! La bière, c’est le meilleur !

68. Est-ce que votre histoire implique un certain nombre de races différentes ayant toutes exactement un roi, un pays et une religion ? 
Non.

69. Est-ce que la guilde des voleurs est l’organisation la mieux organisée et comptant le plus de monde dans votre monde ? 
Heu non.

70. Est-ce que le grand vilain pas beau punit les erreurs insignifiantes par la mort ? 
Oui. Et merde, non !

71. Est-ce que votre histoire raconte les aventures d’une équipe de guerriers de top niveau qui prennent en chemin un barde nul en combat mais qui joue du luth ? 
Non.

72. Est-ce que le « Commun » est la langue officielle de votre monde ? 
Non.

73. Est-ce que la campagne de votre monde regorge de tombes et de cimetières remplis d’anciens objets magiques que personne n’a pensé à voler durant tous ces siècles ? 
Non.

74. Est-ce que votre livre est, de façon basique, une réécriture du Seigneur des Anneaux ? 
Non. Pas à ma connaissance.

75. Relisez cette question et répondez franchement.
Je le jure !

5 thoughts on “L’examen pour l’écrivain de fantasy

  • Charogner des carcasses ?
    Hum, je crois que j’éviterai de répondre « oui » à une invitation à pique-niquer avec tes personnages.
    Tu penses qu’ils seront vexés ?
    (n’empêche, c’est vachement plus amusant quand on a des réponses élaborées, mais ça prend un temps fou, c’est super que tu te sois aussi prêtée au jeu)

  • Merci pour cette lecture ! (je ne sais pas quoi dire mais je veux dire que je l’ai lu, que tu ne te dises pas que tu y as passé autant de temps pour qu’on renonce à la 4ème question)

Comments are closed.